© 2023 by Name of Site. Proudly created with Wix.com

  • Facebook Social Icon
  • Twitter Social Icon
  • Google+ Social Icon

Univers Spirale N° 79

L'Editorial

Le Message du Sphinx

Actuellement les êtres humains sont totalement conditionnés par leurs besoins matériels. Ils sont contraints à des lois aberrantes qu'ils ont eux-mêmes élaborées où n'apparaissent que des forces opposées se livrant une guerre sans merci. La lecture des journaux, l'écoute des radios et télévisions ne nous montrent que des conflits ininterrompus entre des puissances assoiffées de richesse et de pouvoir. Les individus, quelle que soit leur nationalité, leur niveau de vie et leur degré de culture, ne semblent plus soumis qu'au pouvoir de l'argent, conçu comme un référentiel absolu. Ils sont manipulés par des forces qu'ils ne comprennent pas, aveuglés par des besoins dont ils ignorent la nature profonde, soumis à des normes qu'ils ont contribué eux-mêmes à établir sous l'étendard soi-disant libérateur de la sacro-sainte démocratie.

L'examen de la situation actuelle du monde rend compte sans ambiguïté que les conditions dans lesquelles les hommes vivent sur la planète Terre sont le résultat de leur propre état de conscience. “Au lieu de chercher à l'extérieur de son être les vraies causes de ses multiples tourments, l'homme devrait, humblement, apprendre à se connaître, s'ingénier à appréhender les caractéristiques de sa nature triple, corps-âme-esprit. Il découvrirait alors que les vraies causes sont effectivement dans son propre état de conscience, écrit Étienne Guillé. Notre mentalité d'assistés nous a tellement imprégnés que nous avons de très grandes difficultés à ouvrir les yeux et à voir que le ciel est lumineux, que le chemin s'éclaire, que la voie est ouverte... Pour continuer le chemin, il faut détruire ce qui nous limite, s'acharner à disséquer et à reconstruire à partir de matériaux nouveaux, non d'éléments pollués et stériles”.

Même si elle bénéfie des forces de lumière, animant le changement vibratoire à l’échelle cosmique de la nouvelle ère, cette évolution ne se fera pas sans difficultés, ni efforts individuels, car les pouvoirs matériels établis ne céderont pas facilement leurs prérogatives, agrégeant, dans un ultime sursaut, les effets de résistance à la mutation inéluctable.

Cependant un espoir existe, comme une lueur inextinguible au plus fort de la tempête. Il est clairement illustré dans les messages des civilisations qui nous ont précédés. Les textes sacrés, les écrits alchimiques, les dolmens et les menhirs, les cathédrales, les pyramides et les hiéroglyphes, les idéogrammes nous décrivent cet espoir insensé avec force détails. Cet espoir est dans le cœur de l'homme, dans sa volonté, dans ses facultés potentielles ignorées, et surtout dans son Amour Éternel.

Pour assumer le contenu de cet espoir, une seule solution est possible : élever le niveau de conscience des êtres humains, accompagnant l’ascension au plan vibratoire. Seuls des changements d’états de conscience permettront à l’Âme de faire son travail subtil d’échange entre l’esprit et le corps, en s’abreuvant à la source cosmique d’où sont issues, sur Terre, toutes les formes manifestées. Chacun aura alors la possibilité d’harmoniser sa propre “ pyramide vibratoire ”, en résonance avec ses différents niveaux de réalité. Niveaux où interagit non seulement la structuration cosmo-tellurique générale, mais aussi l’identité profonde de l’individu, sans laquelle il ne peut y avoir de conscience dans la relation de l’Être humain avec le Divin.

L'éducation des enfants jouera un rôle primordial. Il faudra aussi changer le mode de vie, d'alimentation, d'accès à la culture, d'organisation de la société, des relations entre les êtres (dualité homme/femme, patron/employé...). Il en résultera de profondes modifications dans la médecine, l'économie, l’éthique, la vie sociale et politique. Nous assisterons alors à l'éclosion de corrélations nouvelles entre les êtres vivants et l'univers.

Une telle société peut paraître totalement chimérique. Et pourtant, nous avons des preuves irréfutables que de telles sociétés ont existé dans le passé. Elles ont laissé des traces indélébiles et éternelles de leurs merveilleuses réalisations au bénéfice de tous les êtres humains, sans aucune discrimination. Dans ces sociétés, il n'y avait pas d'exploitation de l'homme par l'homme, aucune domination d'un groupe humain par un autre groupe humain. Dans le “Message du Sphinx” - Savoir, vouloir, oser, se taire, aimer, aimer, aimer... - le terme "pouvoir" n'existait pas. Tout au plus peut-on invoquer la notion de “pouvoir sur soi-même”. Car l'être humain, considéré comme une entité spirituelle, est et demeure, libre sur terre.

Marc J. PANTALACCI

(Tous droits réservés © Univers-Spirale N°79 – PRINTEMPS 2014)