top of page

La Sélection (suite 2)

Une histoire ancienne...

Le rapport Oppenheimer-Einstein 

Des observations d’ovnis ont été rapportées tout au long de l’histoire, et dans diverses régions du monde, soulevant des questions sur la vie sur d’autres planètes et sur la visite éventuelle d’extraterrestres sur Terre. Ils sont devenus un sujet d’intérêt majeur et ont inspiré de nombreux films et livres. Mais, malheureusement, ils sont aussi l’objet d’une intense moquerie....

Compte tenu de ce qui précède, il semble donc raisonnable que les ovnis fassent l’objet d’un débat savant et d’une enquête scientifique.Au lieu de cela, ce que nous voyons aujourd’hui, c’est un Internet rempli d’images truquées, de vidéos truquées, de films hollywoodiens sensationnels et de désinformation qui rend pratiquement impossible pour un chercheur légitime de séparer les faits dans la très grande botte de foin de la fiction. Il apparaît également que nos gouvernements ne sont pas vraiment disposés à fournir des informations sur leurs propres recherches en la matière.

Il n’y a qu’à voir l’annonce faite par la CIA en août 2013, que la "Zone 51" existe bel et bien, malgré des décennies à nier son existence, tout en ostracisant quiconque osait le suggérer comme un "théoricien du complot." Heureusement, il existe des organisations à vocation scientifique, comme le SETI et le MUFON (Mutual UFO Network), qui adoptent une approche objective de l’étude des ovnis.

Ceci nous amène à un document "top secret" non classifié rédigé par les physiciens Robert Oppenheimer et Albert Einstein. Ensemble, ces éminents cerveaux ont rédigé un rapport conjoint intitulé « Relations avec les habitants des corps célestes ». Daté de juin 1947, le rapport Oppenheimer-Einstein affirme que la présence d’engins spatiaux non identifiés est acceptée de facto par les militaires.

Le rapport Oppenheimer-Einstein traite des questions liées aux ovnis et aux extraterrestres:  d’où peuvent venir les extraterrestres, ce que nous devrions faire en cas de colonisation et/ou d’intégration des peuples, et pourquoi ils sont là. Le document suggère que dans l’éventualité où les EBE (Entités biologiques extraterrestres) désireraient s’installer ici sur terre, il y aura un « changement profond des concepts traditionnels » de la loi et le besoin éventuel d’une nouvelle « Loi entre les peuples planétaires »...

(… la suite de l’article dans Univers SPIRALE N°110) 

Démystification

Le CO2 n’a qu’un effet négligeable - et non mesurable - sur le climat !

Le Forum de Davos pose clairement un dilemme entre choisir une réduction des émissions de CO2 et une réduction de la population. Dans les deux cas émergent des problèmes éthiques et sociétaux. Réduire les émissions de CO2 est synonyme d’une chute de l’activité économique avec toutes les répercussions sociales inévitables. Quant à la réduction de la population mondiale, elle a déjà commencé avec le Covid 19 qui fait progressivement son œuvre 

Selon Alfred Kohler, un scientifique qui a joué un rôle majeur dans le développement et le fonctionnement du réseau allemand de surveillance de la pollution de l’air pour la DFG (Fondation allemande pour la recherche) et l’UBA (agence allemande de l’environnement), "il est très clair que, si l’on adoptait une vision quantitative, plutôt que qualitative comme auparavant, le CO2 devrait être pratiquement insignifiant.

En effet, la vapeur d’eau omniprésente dans l’atmosphère (H2O sous forme de nuages, de brouillard, etc.), qui est présente à des concentrations beaucoup plus élevées (jusqu’à 10-20 litres/m3). La vapeur d’eau absorbe dans toutes les fréquences IR et le fait 1000 fois plus fortement et plus que le CO2 anthropique, qui dans sa très faible concentration (20-40 millilitres/m3). absorbe beaucoup moins dans seulement deux bandes IR. Pour le bilan de rayonnement IR, le CO2 anthropique est inefficace.

Les fréquences d’absorption naturelles des deux molécules sont différentes car celles de l’atome O=C=O (poids moléculaire 44) et les deux molécules sont fondamentalement différentes dans leur comportement IR. Le CO2 n’est pas conçu par nature comme un paramètre climatique. Grâce à son long temps de séjour, il sert à transporter du carbone organique réactif dans les zones de végétation.

Maintenant, une corrélation statistique entre la concentration de CO2 et la température atmosphérique a été trouvée à partir de données d’observation. Mais il est important de savoir qu’une telle corrélation ne dit rien sur laquelle des deux variables est cause ou effet, et surtout il n’est pas possible de voir si la corrélation est directement causale. Car une corrélation entre deux variables semble exister même si les deux répondent dans le même sens avec une ou plusieurs autres variables. Cela pourrait être clarifié avec des données suffisantes. Puisque la connexion présumée n’a été vue d’abord que qualitativement, des hypothèses fantastiques sont disponibles pour une hypothèse : elles devraient paraître plausibles. Il ne peut être question d’un critère suffisant. Le lien suspecté reste une pure hypothèse tant que tous les doutes n’ont pas été sérieusement vérifiés et discutés... 

(… la suite de l’article dans Univers SPIRALE N°110)

bottom of page