Sélection (suite et fin)

Le non-sens, puissante arme de destruction mentale

Nous pensions que le monde démocratique dans lequel, quelles que soient nos croyances et nos opinions, nous pouvions débattre, avait un sens, car nous avions un référentiel commun. Nous nous trompions sans doute, car ce sens a disparu en peu de temps.

Durant la période de sept mois, de mars à octobre, nous avons tenté de nous adapter, d'être patients, de nous rassurer, en nous situant encore dans un espace d'illusion qui nous garantissait que le Gouvernement prenait soin de notre sécurité par des décisions dans l'intérêt général.

Mais progressivement, dans le même temps, une série de non-sens a éclos, rendant les analyses difficiles et confuses.

- Pourquoi annoncer un monde d'après dès le début d'une épidémie virale saisonnière ? 

- Pourquoi les masques, inutiles quand nous n'en disposions pas, sont-ils ensuite devenus obligatoires ? Et pourquoi le sont-ils par intermittence ? Aucune mention de protection contre un virus ne figure sur les boîtes…

- Pourquoi les masques, inutiles quand nous n'en disposions pas, sont-ils ensuite devenus obligatoires ? Et pourquoi le sont-ils par intermittence ? Aucune mention de protection contre un virus ne figure sur les boîtes… 

La population s'est fait piéger en facilitant ainsi, de plein gré, mais sans le réaliser, la formation de cette “deuxième vague” attendue depuis le mois d'avril...

- Pourquoi laisser pratiquer à grande échelle des tests non interprétables qui maintiennent une tension insupportable dans la population ? Cela n'a pas de sens.

- Pourquoi parler, pour la première fois dans l'histoire de la médecine, d'une épidémie de “cas positifs” ? Cela défie l'entendement.

- Les nouvelles rassurantes n'ont pas droit de cité. Les Professeurs Raoult, Toussaint, Toubiana pour ne citer qu'eux sont passés de personnalités scientifiques reconnues à des complotistes originaux. Pourquoi ce dénigrement systématique et cette ostracisation ? Pourquoi continuer à nous affoler en nous privant des informations utiles ?

Le non-sens conduit progressivement à l'impuissance apprise, terme issu de l'expérimentation animale. Après avoir essayé de rechercher nombre de solutions toutes aussi vaines les unes que les autres, l'animal renonce à s'échapper et s'immobilise, même s'il continue à être martyrisé (le rat qui reçoit des décharges électriques dans les pattes ne cherche plus à fuir la situation). Il a intégré que toute tentative est vouée à l'échec...

(… la suite de l’article dans Univers SPIRALE N°102)

5G : l'espèce humaine et la planète en danger !

La 5G, la nouvelle norme de communication mobile qui se situe jusqu’à la bande des ondes millimétriques et gigahertz (très haute fréquence : 1 GHz (10 puissance 9, soit 1 milliard de Hertz), représente une arme de destruction massive pour l’humanité. 

Cette technologie qui rend notre monde plus hyperconnecté que jamais, soulève de graves questions en termes de santé publique, puisque son déploiement s’opère sans qu’aucune étude scientifique sérieuse sur son impact sanitaire n’ait été menée. Nous allons être bombardés par des fréquences très élevées à des intensités basses et de courte portée, ce qui va créer une “soupe” encore plus dense  d’électrosmog.

Pour travailler avec les MWW (fréquences millimétriques) de plus grande portée en 5G, les antennes nécessaires sont plus petites. L’intensité faible permet de faire face à la perturbation du signal des obstacles naturels et anthropiques. La 5G utilisera des ondes millimétriques pulsées pour transmettre l’information. Mais, comme le souligne le Dr Joel Moskowitz, la plupart des études 5G sont trompeuses parce qu’elles ne pulsent pas les ondes. C’est important parce que la recherche sur les micro-ondes nous montre déjà comment les ondes pulsées ont des effets biologiques plus profonds sur notre corps que les ondes non pulsées.

Des études antérieures ont montré comment la fréquence d’ondes pulsées conduisait à la toxicité génétique et à la rupture des brins d’ADN. Le rôle joué par la 5G dans la propagation du Covid-19 a été évoqué par certains médecins, qui accusent cette technologie de déprimer encore plus le système immunitaire. Sans entrer dans le débat, une chose est indiscutable : la crise du Covid-19 a facilité, voire profité au déploiement de la 5G.

Le 25 mars dernier, à peine 10 jours après le décret de confinement généralisé en France, le gouvernement  publiait une ordonnance (n° 2020-320) qui bafouait la démocratie locale. Au mépris de la loi n° 2015-136 du 9 février 2015 relative à la sobriété, à la transparence, à l'information et à la concertation en matière d'exposition aux ondes électromagnétiques, il a donné tout pouvoir aux opérateurs téléphoniques pour installer de nouvelles antennes relais sur le territoire. Concrètement, cette ordonnance suspend l’obligation de transmission d’un dossier au maire ou au président d’intercommunalité ; permet l’implantation d’antennes sans accord préalable de l’Agence nationale des fréquences ; dispense d’autorisation d’urbanisme pour les constructions par les services d’urbanisme des communes...

Autrement dit : tournée générale pour l’installation des antennes-relais de la 5G en France !

Selon de nombreux experts, le réseau 5G va provoquer des dommages irréversibles sur les êtres humains mais aussi des dommages permanents sur tous les écosystèmes de la Terre… Quand le corps est exposé à ces rayonnements électromagnétiques extrêmement court (5G), les charges en mouvement se transforment en petites antennes qui font que ce champ électromagnétique soit ré-irradié et il peut alors pénétrer plus profondément dans notre corps. 

(… la suite de l’article dans Univers SPIRALE N°102)

© 2023 by Name of Site. Proudly created with Wix.com

  • Facebook Social Icon
  • Twitter Social Icon
  • Google+ Social Icon