© 2023 by Name of Site. Proudly created with Wix.com

  • Facebook Social Icon
  • Twitter Social Icon
  • Google+ Social Icon

Univers Spirale N°96

L'EDITORIAL

 

Le monde invisible EST le monde réel

Imaginez que vous ayez un coup de déprime. Vous appelez votre meilleur ami. Ses paroles rassurantes vous remontent le moral et vous retrouvez assez d’énergie pour reprendre foi dans la vie. L’aide reçue n’est pas «physique », mais vient de la vibration des mots. Or ce flot d’informations vous a été transmis par les simples fréquences téléphoniques... 

C’est ainsi que fonctionnent les appareils de médecine quantique : ils envoient des ondes extrêmement fines qui « parlent » à nos cellules et leur transmettent des informations, elles-mêmes portées par les photons. Pour reprendre la métaphore, on pourrait dire que les fréquences sont les phrases réconfortantes de votre ami ; et les photons, les mots, avec leur sens.

Les appareils de biofeedback sont conçus pour détecter les ondes électromagnétiques, les « fréquences » émises par chacune des cellules de notre corps. Lorsque certaines sont brouillées ou « fausses », l’appareil renvoie des fréquences « justes » pour corriger le problème.

Les ondes scalaires, comparables à un bruit de fond permanent et diffus du milieu ambiant viennent se "greffer" sur le premier vecteur scalaire et vont ainsi amplifier l’émission de base. C’est ce que l’on appelle "l’énergie libre" ; créer un vortex artificiel dans l’espace attire ainsi des vortex naturels en une zone restreinte (le champ initial) ; finalement, donner un peu d’énergie au départ en fait récupérer de 1,5 à 3, voire 5 fois plus selon les endroits !

Il existe dans la nature de nombreux couples émetteur/récepteur selon ce modèle : l’émetteur émet et le récepteur reçoit ainsi un message, enrichi de toutes les ondes scalaires de l’environnement, harmoniques de la première onde émise : le soleil et la terre forment un tel couple, où la terre est réceptrice ; l’homme et tous les êtres vivants sur la terre sont alors considérés comme des récepteurs secondaires, tertiaires, etc …se partageant l’énergie émise par le soleil et plus généralement par le cosmos. 

A une autre échelle, le thérapeute et son patient, forment aussi un couple émetteur/récepteur, avec échange d’énergie et d’informations : le thérapeute est d’un côté un récepteur secondaire sachant capter l’énergie du ciel et de la terre, et d’un autre côté, il est émetteur en redirigeant (par ses mains et/ou par des aiguilles d’acupuncture) l’énergie captée vers son patient, qui devient alors récepteur tertiaire. L’homme-médecine est donc toujours un "médium", plus ou moins conscient de son potentiel en tant que tel ! 

Si la thérapie quantique fait usage d’appareils électroniques de plus en plus sophistiqués, comme le Korotkov ou le Mora, cette approche de la médecine n’est pas pour autant mécaniste: car les machines ne fonctionnent pas seules. En “dialoguant” avec notre champ d’informations, ces appareils stimulent nos capacités d’auto-guérison. Mais rien ne peut se faire sans la présence « humaine » du thérapeute. Une interaction d’autant plus importante que cette vision de la santé, donc de la vie, implique non seulement une relation entre le corps et l’esprit, mais l’union de l’esprit et de la matière.

 

L’une des découvertes les plus importantes de la physique quantique, reprise et développée en thérapie est la « Théorie des champs énergétiques » : ce sont eux qui organisent et contrôlent notre corps, structure organisée d’informations formant un Tout. Ce que les Orientaux ont compris depuis longtemps avec l’acupuncture, qui traite les flux d’énergie ou courants vitaux du corps, mais aussi la médecine ayurvédique avec le « corps de lumière » et ses chakras.

Le vieux modèle spatio-temporel a ainsi été remplacé par un champ fluide et atemporel de transformations  constantes. Ce champ quantique n’est pas distinct de nous, il EST nous. Tandis que la nature crée des étoiles, des galaxies, des quarks et des leptons, nous nous créons nous-mêmes. Le corps humain, comme le cosmos, ne cesse de se renouveler à chaque seconde. Ce corps solide, serti dans le temps et l’espace, est également un organisme fluide alimenté par des millions d’années d’intelligence. Chaque cellule pourrait être comparée à un minuscule terminal, reliée à l’ordinateur cosmique. 

La nouvelle réalité introduite par la physique quantique a, pour la première fois, permis d’œuvrer au niveau de l’intelligence invisible qui sous-tend le monde visible. Einstein nous a enseigné que le corps physique comme tous les objets matériels est une illusion. Le monde invisible est le monde réel. Lorsque nous serons disposés à explorer  les niveaux invisibles de notre corps, nous pourrons puiser à l’immense puissance créatrice qui est la source de notre être. Cette source qui est l’arc-en-ciel reliant le Ciel à la Terre, en révélant les sept couleurs d’une Lumière unique. Chaque homme peut recevoir cette Lumière, dans la couleur réfractée par son propre prisme. Et chaque instant de notre vie fait partie d'un dialogue infini avec l'Univers. Tout ce qui nous arrive - les guérisons, la paix mais aussi les bouleversements dans le monde jusqu'aux évènements les plus simples (naissances, mariages, décès...) - n'est en fait que le reflet d’une “Intelligence”, de ce Champ de fréquences que les Anciens ont su parfaitement décrire dans leur langage.

Marc J. PANTALACCI

(Tous droits réservés © Univers Spirale N°96 - Eté 2019)