© 2023 by Name of Site. Proudly created with Wix.com

  • Facebook Social Icon
  • Twitter Social Icon
  • Google+ Social Icon

 Univers Spirale N°87 

 

L'EDITORIAL

Le champ de quintessence

L’idée d’énergie ou de force, comme principe actif de la nature, est fondamentale pour la Science. Mais c’est également une conception de la Tradition où ce principe incarne le souffle ou l’esprit. Il ne s’agit rien moins que du Principe créateur, s’épandant dans la nature tout entière et que le biologiste Rupert Sheldrake a défini comme le “champ de quintessence” à la base de l’architecture de l’Univers.

 

Un champ invisible concentrant l’information vibratoire de tout ce qui est, a été et sera. Mais aussi support de la conscience de l’Homme coiffant la remontée des Trois règnes (minéral, végétal, animal) et la transmutation de la dualité en Unité, au travers de la descente des Quatre éléments (Feu, Air, Eau, Terre) contenus dans le cinquième : l’Aether, tissage des mondes et matrice nidificatrice de l’atome-germe.

Plus on étudie les atomes selon l’approche matérialiste et rationaliste, plus il devient évident qu’ils ne constituent pas, comme l’avait imaginé Isaac Newton, “les unités ultimes faites de particules solides, pesantes, dures et impénétrables”. Ils ressemblent plutôt à des structures d’activité. Depuis les années vingt, la théorie quantique voit dans les constituants de la matière (électrons, noyaux et particules atomiques) des modèles vibratoires d’activité à l’intérieur de champs. Comme l’a formulé l’épistémologue Karl Popper, “le matérialisme s’est transcendé lui-même”.

Ainsi la matière s’avère être de l’énergie fortement condensée, transformable en d’autres formes d’énergie, et donc en quelque chose de la nature du processus, puisqu’elle peut être convertie en lumière, en chaleur et en mouvement. On suggère également qu’il n’existe aucune entité identique à elle-même persistant à travers les changements dans le temps linéaire. L’Univers apparaît désormais, non comme un assemblage de choses mais comme un ensemble interactif d’événements et de processus.

Selon la théorie électrodynamique quantique exposée par le physicien Richard Feynman, des particules virtuelles, telles que des électrons et des photons, apparaissent et disparaissent du champ du vide quantique, également appelé “champ du point zéro” qui imprègne l’Univers. Cette théorie a été qualifiée de joyau de la physique en raison de la précision extrême de ses prédictions, correctes à la énième décimale près ! Le prix à payer est toutefois d’accepter l’existence de particules et d’interactions invisibles et non observables ainsi que celle de ce mystérieux champ du vide quantique.

Toutes les forces électriques et magnétiques sont rendues possibles par des photons virtuels qui surgissent du champ du vide et disparaissent ensuite. Quand vous regardez une boussole, l’aiguille indiquant le nord interagit avec le champ magnétique terrestre grâce à ces photons virtuels. De même quand vous vous asseyez, le siège supporte votre séant parce qu’ils se repoussent l’un et l‘autre, à travers un phénomène intense de création et de destruction des photons virtuels entre eux. Quand vous vous relevez, cette activité, pour l’essentiel, cesse dans le champ du vide, et voilà, comme l’explique Sheldrake, “de gros nuages de photons virtuels qui apparaissent entre vos semelles et le sol, partout où vous posez les pieds!”

Toutes les molécules de notre corps, les membranes de nos cellules, toutes les impulsions nerveuses, dépendent de photons virtuels qui vont et viennent depuis l’omiprésent champ du vide. “Ce vide n’est ni inerte, ni sans consistance, comme le souligne le physicien Paul Davies, mais vivant d’une palpitante énergie et vitalité.” Selon les théories actuelles, la matière elle-même est un processus énergétique et sa masse dépend d’interactions avec des champs qui traversent le vide.

Au-delà des recherches, comme celles consistant à trouver, à coups de milliards d’euros, dans le Grand collisionneur d’Hadrons (LHC) à Genève, la “particule divine” du boson de Higgs, il existe une Force vitale qui est à l’œuvre dans les organismes vivants, et qui n’appartient pas aux formes standard d’énergie connues. Un yogi parlerait de prâna, un acupuncteur de chi. Et cette force primordiale avait un lien avec le champ d’énergie du point zéro, ce champ du vide quantique rempli d’énergie et de matière invisible, interagissant avec tout le reste, selon la loi universelle de conservation ?

 

Marc J. PANTALACCI

(Tous droits réservés © Univers-Spirale N°87 – PRINTEMPS 2017)