Notre Sélection (Univers SPIRALE N°107)

 

Globalisme financier et guerres mondiales :  

De l’Empire britannique au IVe Reich nazi

Du point de vue politique, à partir des velléités impériales d’Oliver Cromwell (1 599 – 1 658), ce qui deviendra l’Empire britannique a étendu son emprise sur le monde, via le développement du système des banques centrales, du parlementarisme représentatif et du droit anglo-saxon (autour des seuls axes commerciaux et maritimes).

Il faut immédiatement rappeler que ce « droit anglo-saxon » s’était émancipé du principe de droit continental à partir de 1 531 (naissance de l’Église anglicane sous le règne du Roi Henri VIII), transformant sa vocation initiale, qui était d’organiser les conditions de la vie en commun, en « arme de contrôle des populations » aux mains des puissants.

Oliver Cromwell a initié le principe de Commonwealth, sorte de République commerciale universelle rattachée à la Couronne en utilisant sa « boîte à outils » faite d’anonymat, d’opacité, de théâtre politique (via le parlementarisme dit représentatif), afin d’établir les ferments de ce qui deviendra (est d’ores et déjà devenu!) l’hégémonie capitalistique et apatride de la haute finance anglo-saxonne...

C’est précisément ce rapport de force politique qui a généré l’obsession des tenanciers économiques à imposer un nouveau modèle impérial appelé « Gouvernement mondial » afin de réduire drastiquement l’humanité et de mettre en esclavage les rares survivants. Cet esclavage prendra la forme de la fusion des identités biologique et numérique, c’est-à-dire du contrôle des moindres actes et pensées des Hommes, ce qui n’a rien de commun avec toutes les tyrannies que nous avons historiquement connues...

(…la suite de l’article de Valérie Bugault dans Univers SPIRALE N°107) 

Cauchemar totalitaire :

Le « portefeuille d’identité numérique »

Envie de partager votre vie entière, toutes vos données personnelles avec un groupe privé, partenaire du gouvernement ? C’est l’idée du « Portefeuille d’identité numérique », sur les rails en Europe. Avec ce contrôle étouffant et la surveillance généralisée, la liberté va disparaître !

Il s'agit rien moins qu'une sorte de "passe sanitaire" étendu à toutes les démarches de la vie quotidienne, assorti d’un dispositif de reconnaissance biométrique pour empêcher la fraude. En cas de suspension d’un droit de l’individu pour quelque raison que ce soit, le gouvernement peut l’invalider en temps réel sur la plateforme. On peut donc désactiver à distance les moyens de paiement, la couverture santé ou le permis de conduire d’un citoyen... 

La même mesure était préconisée par les sénateurs de la commission prospective en juin 2021 dans la description de leur futur dispositif de crise sanitaire où, « dans un cas extrême, les données médicales d’un individu positif pourraient être croisées avec ses données de géolocalisation, et en cas de violation de sa quarantaine, conduire à une information des forces de l’ordre, ou, par exemple, à une désactivation de ses moyens de paiement...

en juin 2021, la Commission européenne a acté par la voix de Thierry Breton, commissaire au Marché intérieur, la création d’un Digital Identity Wallet pour tous les Européens. D’ici septembre 2022, les États membres devront en avoir établi les procédures techniques pour lancer des "expériences pilotes"L’important est que nous soyons en train d’oublier ce que signifie la liberté. Une armée d’analystes et de communicants au service des grandes entreprises et des administrations s’y emploie chaque jour, en nous persuadant que la liberté est un sujet très technique qui concerne les modalités de stockage de nos données personnelles...

(… la suite de l’article dans Univers SPIRALE N°107)